Chapitre 45: Le leadership partagé

Blogue / 9 mars 2020

Si vous voulez aller loin, apprenez à partager la charge de travail – et le leadership.

Rethink n’a pas de PDG, et on n’a jamais eu de président.

Un choix délibéré dès le premier jour. On croit vraiment que d’avoir une seule personne au volant d’une entreprise – particulièrement une entreprise créative –, c’est un champ miné de problèmes potentiels. Qui est cette personne aux commandes et quelle partie de la compagnie représente-t-elle? Plusieurs agences de publicité et de design, même si elles font partie du milieu créatif, sont en fait gérées par des personnes du service-conseil – qui ont généralement une formation qui se rapproche plus de l’administration des affaires. Ça nous a toujours semblé un peu contre-intuitif.

Dès le début, on a structuré la compagnie sous forme de leadership partagé dans de petits groupes. Pour nous, trop, c’est comme pas assez. Un groupe de deux, trois ou quatre est assez petit pour être efficace et assez grand pour représenter toutes les facettes d’une entreprise. Dans le cas de Rethink, Tom représente le côté business, et Chris et Ian, le côté créatif. Pendant notre première décennie, ça a remarquablement bien fonctionné. Maintenant, 20 ans après nos débuts, on s’assure que ce modèle de partage puisse évoluer dans l’avenir.

On a commencé par ajouter de nouveaux associés à l’équation. Dans plusieurs entreprises, devenir associé est une expérience qui prend énormément de temps et qui est coûteuse. Les associés potentiels doivent souvent payer leur part – tant en termes d’heures que d’argent. Certains doivent hypothéquer leur maison pour pouvoir se permettre d’acheter des parts dans une compagnie. Chez Rethink, on donne des actions à nos associés. Ça rend l’idée de s’associer beaucoup plus accessible, pour que plus de personnes (et en particulier des jeunes) puissent aspirer de manière réaliste à se rendre au sommet de l’échelle, un jour. En fait, dans un cas,

On a même eu une employée qui est passée de stagiaire à associée en seulement cinq ans – la preuve que Rethink est une méritocratie, et non une autocratie.

On a maintenant près de 20 associés chez Rethink, chacun possédant des parts réelles dans la compagnie. Ils proviennent de tous les bureaux et de tous les secteurs de la compagnie. Du département de création à celui de stratégie, en passant par le service-conseil et la production.

De ce groupe, on a assigné à un groupe plus restreint des rôles d’associés principaux, chacun gérant son bureau respectif. Les associés principaux sont censés refléter la structure de leadership originale des fondateurs, avec un groupe de deux, trois ou quatre autres associés responsables. Les associés principaux de chaque bureau relèvent des trois fondateurs de Rethink, qui agissent maintenant comme un conseil d’administration actif dans l’entreprise.

C’est une structure qui pourra être transmise aux futures générations et reproduite dans différents endroits. Elle protégera aussi l’indépendance de Rethink, qui est la source de notre succès.

« Rethink ou comment repenser l’industrie de la créativité » sera en vente dès le 24 mars. Vous pouvez aussi le précommander sur Indigo et Amazon.