Découvrez comment utiliser des données sans perdre votre âme.

Blogue / 25 février 2019

Les données.  


Un mot simple mais controversé.


Mais quand on s’en sert pour alimenter la créativité et non la remplacer, ça peut donner un résultat positif. En voici trois exemples :

Backfire

Chaque seize minutes en Amérique, une personne est tuée par balle. Pourtant, le président Trump continue de défendre les armes à feu.

En collaboration avec le mouvement States United to Prevent Gun Violence, nous avons utilisé des données en temps réel provenant de plus de 2 500 médias, autorités policières et sources gouvernementales pour créer Backfire. Il s’agit d’un outil qui envoie automatiquement un tweet à Trump à partir de votre compte chaque fois qu’un Américain meurt par balle.

De quoi ça parle à Vancouver

En travaillant avec CBC Vancouver, nous avons montré ce que la ville ressentait, pensait et de quoi elle parlait en temps réel sur une installation numérique.  

À l’aide d’une variété d’outils d’écoute sur les réseaux sociaux, les sujets de l’heure à Vancouver ont été identifiés, catégorisés et diffusés en temps réel. Et quand les gens changeaient de sujet, l’installation se mettait à jour.

Le rabais thermique

Parfois, les meilleures données ne se trouvent pas en ligne.

Nous avons fait équipe avec Sports Experts pour calculer la température corporelle des usagers du métro. Notre but? Les encourager à être plus actifs.

Un écran interactif équipé d’une caméra thermographique a été installé dans une station du métro de Montréal. Les gens qui utilisaient les escaliers recevaient un rabais basé sur leur pourcentage de chaleur corporelle. Plus ils avaient chaud, plus ils économisaient.

Donc, peu importe ce que vous voulez accomplir avec des données – que ce soit stopper la violence liée aux armes à feu ou inciter les gens à bouger – rien n’est trop audacieux quand l’idée est assez créative.